18 novembre 2017

En passant...


En passant,...

  • je travaille...
  • j'écoute...
  • je rencontre...
  • j'organise...
  • je corrige...



  • j'essaie de lire...
  • plus de BD pour le moment...
  • plus de ciné pour le moment...
  • j'essaie de profiter...



  • je profite de deux heures (hors temps de cours bien sûr ;) ) dans une matinée avec le soleil et des élèves.
  • et un magnifique cadre avec le vieux et le nouveau châteaux...


Bref, le temps passe et des priorités s'imposent.
Je découvre, j'apprécie, je m'enrichis (plutôt intellectuellement et humainement ...)
Le temps passe...
Bon weekend à vous :)

12 novembre 2017

L'ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon

(Editions Pocket, 668 pages, 2002)
Alors, comment dire ? ....
J'ai mis beaucoup de temps à me lancer dans cette lecture.
Un pavé, écrit petit,...
Mais quelle belle histoire !
Enfin, c'est une histoire romantique, policière, avec du suspens et pleins de sentiments.

Daniel, 10 ans, part avec son père libraire au Cimetière des Livres Oubliés.
C'est une tradition. Il va enfin découvrir ce lieu et choisir son livre.
Il tombe sur L'ombre du Vent de Julian Carax.
Un bouleversement !
Toute une partie de sa vie, il va chercher à en savoir plus sur cet auteur.
Il va se retrouver, malgré lui, impliqué dans des histoires d'amour et de vengeance.

Une histoire prenante et mystérieuse.
J'ai aimé Julian, Pénélope, Béa, Fermin et tous les autres (enfin, presque...)
Il y a des gentils, des méchants, des gens qui font ce qu'ils peuvent pour s'en sortir dans la vie.
Il y a de l'amitié, de l'amour, de la folie.
Il y a Barcelone et les guerres.

Bref, une belle découverte.

Avec ce livre, je me lance dans l'objectif PAL d'Antigone ...



8 novembre 2017

Le quatrième mur de Sorj Chalandon, Corbeyran et Horne

(Editions Marabulles, 136 pages, 2016)

Alors, comment dire ?
Je viens de recevoir une claque à la lecture de cette BD.
En même temps, il pleuvait, c'est une ambiance de guerre et tout le malheur et la colère du monde se sont rejoints.

C'est l'histoire d'un rêve.
Monter , pour une journée seulement, la pièce de Jean Anouilh : Antigone.
Mais pas n'importe où, et pas avec n'importe qui...
La monter à Beyrouth dans les années 80, dans une ville en guerre.
Avec pour acteurs, un membre de chaque camp.
Le tout, dans un lieu neutre...
Pas facile tout ça.

C'était le rêve de Sam et c'est devenu le cauchemar de Georges.
Comment imaginer le quotidien et le ressenti de chaque acteur?
Comment ne pas sombrer au contact de la guerre et des morts?
Comment ne pas être en colère?

Je n'en dirais pas plus sur l'histoire.
Les illustrations sont en noir et blanc. Cela renforce ce sentiment de flou, de peur, ...

Je vous souhaite une très belle découverte si ce n'est pas déjà fait.

C'est ma participation aux rendez-vous BD du mercredi.
On se rejoint chez Noukette .